Actualités du ministère

23ème AG de l’Omt à St-Petersburg: Les enjeux pour le tourisme ivoirien !

10 / 09 / 2019


Du 10 au 13 septembre, le ministre ivoirien du Tourisme et des Loisirs participe à la grand’messe biennale du tourisme planétaire où la Côte d’Ivoire est candidate au Conseil exécutif et escompte abriter la Journée mondiale officielle en 2021.
La Côte d’Ivoire présente sa candidature pour occuper un des 17 sièges au sein du Conseil exécutif de l’Organisation mondiale du tourisme (Omt) pour la période 2019 – 2023. Et postule, tout aussi, à abriter, le 27 septembre 2021, les festivités officielles, au plan mondial, de la Journée mondiale du tourisme. Tels sont les enjeux de la participation de Siandou Fofana, ministre ivoirien du Tourisme et des Loisirs, à la 23e  Assemblée générale de l’Omt qui se tient du 10 au 13 septembre à St-Petersburg en République Fédérale de Russie. Zurab Pololikashvili, le Secrétaire général de l’Omt, ainsi que plusieurs sommités du tourisme mondial, à travers ce conclave, devront transformer l’essai d’un tourisme ivoirien conquérant.
En effet, la destination ivoirienne, ayant retrouvé une place de choix sur l’échiquier touristique international depuis trois saisons et à l’aune de sa stratégie nationale de développement touristique 2018/2025, « Sublime Côte d’Ivoire » qui intègre tous les paradigmes d’une révolution qualitative et quantitative de son écosystème, entend par sa double ambition, « Reprendre une place active au sein des instances de l’Omt, en tant qu’état membre-fondateur (depuis 1975) », affirme Siandou Fofana. D’autant plus que le gouvernement, sous la houlette de SEM. Alassane Ouattara, Président de la République, entend faire du tourisme un secteur prioritaire de son émergence. Les trois finalités de la Stratégie nationale, qui s’inscrit dans une perspective interministérielle du reste, ne peuvent que l’attester : « développer un moteur de croissance du PIB et démultiplier les recettes fiscales, favoriser le développement territorial hors Abidjan, créer un réservoir d’emplois ».
La Côte d’Ivoire qui est candidate au Conseil, sera, en ce qui concerne la Région Afrique qui a droit à 6 sièges, en lice avec 10 autres pays du continent dont 3 pour un renouvellement.
Mais force est de reconnaître que la Côte d’Ivoire présente des états de service à fort avantage comparatif, eu égard à son vécu au sein de l’instance mondiale, en plus de ses performances.
 En effet, la carte de visite de la Côte d’Ivoire est celle-ci : «     Vice-présidence de la Commission régionale de l’Omt pour l’Afrique pour la période 2015 - 2017; Membre du Conseil exécutif de l’Omt sur 3 mandats (1980-1983/ 1996-1999/ 2000-2003) ; Membre suppléant du Comité des pensions du personnel de l’Omt pour la période 2003 – 2004 ; Membre du Comité de l’environnement dans les années 80… ».
 L’Omt, faut-il le noter, regroupe 154 pays membres et des observateurs. Les observateurs peuvent être des États en cours d'adhésion, ainsi que 400 membres affiliés. Ceux-ci peuvent être des États, des territoires douaniers pleinement autonomes (7 membres le sont).