Actualités du ministère

Le Ministère évalue les capacités d’adaptation de la faîtière à la Covid 19

04 / 09 / 2020


Au profit de la Fédération des opérateurs privés d’espaces ludiques, la Direction des 
Loisirs a organisé un atelier pour jauger de leur opérationnalité en cette période de pandémie.
L’atelier de renforcement des capacités des promoteurs des Centres privés de loisirs, qui s’est tenu, le vendredi 14 août, au siège du « Café littéraire Ahmadou Kourouma », sis à Cocody Angré 8e tranche, visait un objectif principal : « Redynamiser les Centres privés de loisirs en période de crise sanitaire liée à la Covid 19 ». Tel est le sens dénoté du discours de cadrage dudit atelier, prononcé par Dr Emmanuel Gala Bi, Directeur des Loisirs au Ministère du Tourisme et des Loisirs, responsable scientifique de ce conclave.
A la boussole des directives du Ministre Siandou Fofana, dont la dernière « Lettre ouverte aux Ivoiriens », les exhortant à (re) découvrir la Côte d’Ivoire touristique et à s’approprier les différentes formes de loisirs et de divertissements endogènes, cet atelier, à en croire Dr Gala Bi, est le meilleur baromètre pour tester les capacités d’adaptation des opérateurs privés. D’autant plus que ceux-ci, à l’initiative de sa Direction, se sont portés en une Fédération, en 2019, à l’effet d’être un vecteur de respect par la corporation des règles et mesures édictées en vigueur. Donc, en plus d’être outillés au respect des mesures et gestes-barrières, dans la batterie de restrictions de sécurité sanitaire dans le plan de riposte contre la Covid 19, cet atelier était aussi une opportunité d’une mise à jour des connaissances de la réglementation en vigueur de leur activité, un an après. C’est du moins ce qui ressort de l’intervention du Directeur des Activités touristiques (DAT) du Ministère du Tourisme et des Loisirs, Norbert Koddi Bi, représentant le Ministre Siandou Fofana.
La promotion des Loisirs au niveau national, pour lui, « ne peut être effective sans l’action concertée du public et du privé ». Et le Directeur des Activités touristiques, au nom du Ministre, de préciser : « l’Etat doit assurer la protection du consommateur, son éducation, sa santé et sa sécurité dans les pratiques choisies, l’encadrement et parfois l’interdiction de comportements de loisirs jugés plus nocifs que bénéfiques à l’ordre public ou au bien-être de la collectivité ». 
A juste titre, renchérit Dr Gala Bi, après un an d’exercice de la faitière et surtout avec la crise sanitaire qui a frappé de plein fouet tous les secteurs de la vie économique et sociale (plus particulièrement ceux des loisirs et du tourisme), ledit atelier se veut être un instrument de redynamisation de la Fédération des promoteurs des Centres privés de Loisirs. Protocoles sanitaires, dispositifs de lavage des mains, distanciation physique, connaissance des différentes décisions prises par le Conseil national de sécurité, etc., ont été passés au peigne fin. Ainsi que tout le bataclan d’assistance, d'accompagnement et de mise à disposition par le gouvernement via différents fonds.
Au nom de la tutelle, une assistance financière a été matérialisée symboliquement au terme de l'atelier, par la Direction des Loisirs aux acteurs. Lambert Tia, président de la Fédération nationale des promoteurs des espaces de loisirs Côte d'Ivoire (Fenapel-CI), a traduit l'engagement de ses pairs à oeuvrer au rayonnement des Loisirs dans l'essor de l'écosystème impulsée par la stratégie "Sublime Côte d'Ivoire ", sous la férule du Ministre Siandou Fofana. Tout en revenant sur le florilège de difficultés causées par la pandémie de la Covid 19, il s'est toutefois réjoui de l'appui technique et financier apporté par la tutelle.