Les discours du Ministre

Keynote Speech lors de la Conférence ABLC - MEDEF 2018

19 / 06 / 2018


CONFERENCE ABLC – MEDEF 2018
-------------------------------

THEME : Le Tourisme en Afrique, un secteur d’investissement prometteur
LIEU : MEDEF - Paris
Date : Lundi 18 Juin 2018
Heure :18h30

KEYNOTE SPEECH

•    Monsieur Philippe GAUTIER, Directeur Général du MEDEF,
•    Mme Charlène NTSIBA, Présidente de ABLC, Avocate au Barreau de paris 
•    Mesdames et Messieurs ;

Au moment où nous nous retrouvons à cet important rendez-vous annuel devenu incontournable, je voudrais vous exprimer ma joie d’être des vôtres ce jour. L’accueil empreint de cordialité nous honore à plus d’un titre. C’est pourquoi nous vous exprimons à travers moi, notre gratitude et notre réel plaisir à partager ces moments de grande portée au regard du rôle premier et hautement important que joue vos associations dans le monde des affaires.
Je voudrais vous dire merci pour cette attention accordée à notre secteur d’activité et à notre continent ; si cher à nos cœurs.
Pour mieux faire ce voyage touristique dans cet univers africain qui renferme de réelles potentialités, jusque-là inexploitées, dont les perspectives offrent tant de rêve au monde entier.
C’est pourquoi mon intervention s’articule autour de deux grands axes majeurs : 
-    Le marché du tourisme Africain et les différentes politiques d’investissement ;
-    Focus sur Stratégie touristique Cote d’Ivoire

LE MARCHE DU TOURISME AFRICAIN ET LES DIFFERENTES POLITIQUES D’INVESTISSEMENT
L’Afrique est le marché de demain. Le continent est en pleine croissance économique moyenne de plus de 5% par an depuis 15 ans.
En 2017, selon l’OMT, sur un total de 1,3 milliards de touristes dans le monde l’Afrique n’a capté que 5%. Au regard du taux de croissance du secteur qui est de 10% au niveau mondial l’on est en droit d’affirmer sans risque de se tromper que le marché africain à des marges de progression réelles. Cependant, les pays africains doivent valoriser leur potentiel en présentant sa singularité qui marquera sa différence.
L’Afrique représente donc aujourd’hui un marché porteur.
En effet, de plus en plus les pays africains adoptent des codes d’investissement favorisant des politiques d’investissement de divers ordres dans le secteur engendrant une croissance de celui-ci.
L’Afrique a compris que le succès de ses politiques économiques de demain réside dans la valorisation de l’industrie touristique et hôtelière.
A ce titre, des exemples très édifiant illustrent cette volonté affichée par ces pays africains dont notamment le Maroc avec sa vision 2020 qui est en cours de doublement de la taille du secteur ainsi que la capacité d’hébergement ; en vue de figurer dans le top 20 des plus grandes destinations mondiales à compter de 2020. Du coup, cette destination s'impose comme une référence en matière de développement durable et social dans la région Méditerranéenne. 
Le modèle Rwandais a permis de faire du Rwanda une destination de premier choix du tourisme de conférences. De ce fait, le pays ne cesse de mettre un accent particulier sa communication au plan international. Pour preuve le sponsoring de l’équipe de football d’arsenal en est une illustration parfaite ;
La Tanzanie et le Kenya qui se positionnent sur l’écotourisme avec une offre de très haut standing portée sur la richesse de la biodiversité de la région.
Parlant des initiatives africaines au plan des investissements touristiques par les africains eux-mêmes, de plus en plus ceux-ci rivalisent d’ardeur et de détermination dans la création de chaînes hôtelières qui créent leurs propres marques africaines comme le groupe Azalai de Monsieur Mossadeck Bali qui possède 9 hôtels et 4 hôtels en construction à travers la sous-région ouest africaine.
En plus des chaines hôtelières internationales implantées par leurs maisons mères, modèle classique de représentation sur le continent, le groupe Accor s’est implanté dans de nombreux pays d’Afrique.
Au vu des perspectives d’évolution et de croissance, bien des investisseurs africains s’engagent de plus en plus à collaborer avec des chaînes de renommée internationale tel que le Radisson Blu à Abidjan et à Bamako avec Monsieur KOME CESSE ou le groupe Hospitality Group de Monsieur Yerim Sow avec des établissements comme le Seen Hôtel, Yaas , le noom et le Radisson blu Dakar.
Au total, des investissements tels que présentés annoncent des initiatives locales et internationales qui démontrent le dynamisme engendré depuis quelques années et qui mérite d’être entretenu. 

A présent, il nous revient de vous présenter le secteur touristique ivoirien qui est en plein essor au regard de la volonté politique et la vision affichée et la vision de faire de l’industrie touristique, le 3ième pôle économique de la Côte d’Ivoire.

A ce titre, le Ministère du Tourisme s’est doté d’une stratégie touristique de 2018 à 2025 en rapport avec le cabinet Mckinsey avec pour objectif de faire passer le nombre de touristes de 2 millions en 2017 4,2 millions d’ici à 2025,avec une contribution au PIB actuellement de 5,5% à 8%.
D’ailleurs, cette stratégie vise 3 finalités :
- La création de richesses avec une augmentation des recettes fiscales ; contribution au PIB
- Création d’emplois qualifiés et non qualifiés ;
- Développement territorial hors d’Abidjan, capitale économique.
Pour y parvenir, l’on se doit de doubler la capacité d’hébergement et d’accueil de notre pays ainsi qu’en matière de restauration.
Pour ce faire, l’Etat a défini un code d’investissement plus attractif pour mobiliser sur la période concernée un peu plus de 5 milliards d’euros.
Il prévoit de proposer un code du tourisme, revu par le cabinet GIDE LOYRETTE NOUEL plus en adéquation avec les différentes politiques.
Par ailleurs, l’Etat est entrain de définir une politique de gestion foncière avec moins de litiges et une meilleure accessibilité au domaine foncier.
L’Etat ne cesse de renforcer le dispositif réglementaire des affaires en vue de sécuriser les investissements et les investisseurs.
Les efforts de la Côte d’Ivoire s’avèrent payant et pour preuve la Côte d’Ivoire occupe aujourd’hui la 3ieme place au niveau du tourisme d’affaires en Afrique après le Nigeria et le Maroc.
Aussi, les investissements prévus et en cours de réalisation démontrent l’intérêt que suscite le secteur touristique ivoirien auprès des acteurs nationaux et internationaux avec l’ouverture de plusieurs hôtels comme le Movenpick, le Ritz- Carlton, le Four Seasons, 1er Four Seasons en Afrique subsaharienne, le Sheraton, le groupe Accor avec Addagio, et un nouveau Novotel et le Golden Tulip.
L’engouement s’explique par la demande jugée très forte et bien au-delà de l’offre existante avec des marges de progression importantes.
Le dernier Sommet UA/UE en est l’exemple, prévu pour recevoir plus de 10 000 participants, nous avons été contraints de réduire le nombre à 6000 participants à héberger à Abidjan et environs.
Pour arriver à parvenir à une mobilisation plus accrue des ressources, deux fonds, c’est à dire un fonds d’investissement souverain et un fonds privé vont être créés.
L’approche par projets se décline autour du développement de 9 projets :
Abidjan Business City : Faire d’Abidjan une place forte du tourisme de congrès et de conférences en Afrique ;
Abidjan Medical City : Faire d’Abidjan un hub médical de la sous-région ;
Belle plage pour tous : Procurer une offre balnéaire de qualité grand public pour les touristes domestiques et régionaux ;
Akwaba Park : Offrir un parc de loisirs de référence dans la région à Abidjan et dans ses environs ;
Au paradis entre mer et nature : Créer une offre haut de gamme balnéaire couplée à des excursions d’écotourisme ;
 La Route des trésors africains : Créer des circuits touristiques et d’écotourisme à la découverte des trésors cultuels et naturels ivoiriens ;
La Route des esclaves : Créer des circuits des hauts lieux de mémoire de l’esclavage
Développement des TPE touristiques : Favoriser la création de TPE touristiques ivoiriennes
Accélérateur de projets touristiques territoriaux : Développer l’offre en dehors des zones phares touristiques


Cette stratégie nécessite la mise en place de 9 réformes phares qui impulsent le secteur.
Réforme sur le foncier : Plus de 6000ha à classer d’utilité touristique
Réforme sur les infrastructures routières : Plus de 1500 Km de routes à construire ou réhabiliter d’ici à 2025
Réforme sur le secteur aérien : Augmentation de la capacité d’accueil de l’aéroport d’Abidjan et la remise à niveau des aéroports au Sud-ouest, au Nord et au Nord-est. L’ouverture de la ligne Abidjan /New-York depuis mai 2018
Réforme sur la formation : 230 000 professionnels du tourisme à former
Réforme sur la promotion de la destination : Investissement massif pour changer la perception du pays à l’international
Réforme sur la sécurité : 7 zones phares touristiques à sécuriser
Réforme sur la santé : Mise à niveau du plateau technique

De grands projets sont en cours de réalisation en Côte d’Ivoire. On pourrait citer : 

Le projet de la Baie de Cocody qui est l’exemple d’un partenariat sud-sud avec le Maroc, consistant en la création d’une baie entre le quartier d’affaires le plateau et le quartier résidentiel Cocody sur une superficie de 50 hectares qui comprend de l’hôtellerie, des Equipements publics, des équipements d’animation et de loisirs, des restaurants et Commerces. Ce projet est doté d’un ouvrage de franchissement. Ce projet s’élève à hauteur de 610 millions d’euros dans sa première phase.

La Réhabilitation de la ville de Grand-Bassam et création d’une ville de 300 ha:
Le projet de la ville de Grand Bassam classé patrimoine Mondial de l’UNESCO consiste en la remise en l’état à l’identique des bâtiments coloniaux avec la création d’un marché artisanal, de boutiques, de musée, de théâtre, d’un business center et de logements et un village touristique de 300 ha à bâtir entièrement aux côtés de la zone franche de biotechnologie et d’informatique.
Conclusion
Le Tourisme est un puissant vecteur de croissance économique et par la même occasion, il occupe une position transversale dans le monde permettant d’impacter les couches les plus vulnérables de la société au point de leur offrir des perspectives d’épanouissement social. C’est au vu de toutes ces possibilités que nous pouvons affirmer que pour le Secteur du Tourisme, l’Afrique est le marché de demain de par sa biodiversité très riche et variée et ses nombreuses richesses inexploitées.
Sur ce, je vous dis tout notre sentiment de gratitude pour cette tribune donnée à l’Afrique et vous lancer une invitation à venir saisir toutes ces nombreuses opportunités d’investissements.
Je vous remercie pour votre aimable attention.