Actualités du ministère

Tourisme et Loisirs/ « SublimeCôted’Ivoire »: Les clés d’un rebond du secteur en dépit de la Covid 19

14 / 02 / 2022


La vision du Gouvernement de Côte d’Ivoire de faire du secteur touristique le troisième pôle de son développement économique, s’est matérialisée  par la mise en œuvre de la stratégie nationale de développement touristique 2018/2025 : « Sublime Côte d’Ivoire ». À mi-parcours, dans un contexte mondial marqué du sceau de la Covid 19, quels en sont les acquis, les écueils et les perspectives ? Radioscopie d’une stratégie qui a fait les preuves de sa pertinence à l’aune des effets pervers d’une crise sanitaire planétaire qui n’a pas fini de perturber l’industrie touristique et qui incline à édicter de nouveaux paradigmes.
Après son édiction en 2018, par les bons soins du cabinet de renommée internationale, McKinsey, « Sublime Côte d’Ivoire » a connu un début de mise en œuvre en 2019 et a été adoubée par la communauté mondiale des investisseurs, bailleurs et autres marques de l’écosystème touristique, la même année. En témoignent les succès réalisés lors des tables-rondes de Dubaï et Hambourg. De même que la tenue, pour la première fois, en février 2020, du 1er Forum mondial de l’OMT sur l’investissement touristique en Afrique, à Abidjan. Bien plus, la destination ivoirienne occupe, désormais, en l’espace de quatre années, une place fort enviable dans le gotha mondial du tourisme. Toute chose à mettre à l’actif de la pertinence de sa stratégie à l’aune de l’influence du Président Alassane Ouattara. Sur le leadership avéré de la Côte d’Ivoire dans le domaine de l’industrie touristique, faut savoir que les statistiques de l’Omt affichent que le pays avait bouclé son exercice 2018, avec plus de 4 millions de touristes dont la moitié de visiteurs internationaux. Ce qui était un signe précurseur de ce que le pic de 5 millions de touristes étrangers assigné en objectif à la Stratégie « Sublime Côte d’Ivoire » à l’échéance 2025, devrait, à ce rythme-là, être largement atteint avant terme et annonçait des lendemains qui chanteraient. Et, cela, grâce à la mobilisation de tous les acteurs gouvernementaux, à divers niveaux, qui participent efficacement à la mise en œuvre des 9 réformes-phares (ainsi qu’à la réalisation des 9 projets structurants), contenus dans « Sublime Côte d’Ivoire ». Avec pour triple finalité : « favoriser le développement territorial hors-Abidjan, développer un moteur de croissance du PIB et démultiplier les recettes fiscales, et créer un réservoir d’emplois ».
Investir dans le capital…humain
Si développer un vivier d’employabilité par l’activité touristique s’affiche comme un objectif à atteindre, cela ne saurait se faire avec une administration touristique au diapason de celui-ci. D’où la mise en place d’un cadre de concertation avec les partenaires sociaux, syndicaux notamment, ainsi que les structures sous-tutelle pour booster la formation et œuvrer à un épanouissement des agents. Avec des objectifs axés sur le résultat avec des bonifications par un mécanisme de primes efficient. De sorte à leur inculquer la posture d’agent de développement de l’administration en phase avec les compétences des opérateurs privés et les curricula des Universités et Centres de formations techniques qui se font jour sous le sceau d’un prisme de coopération bilatérale (Suisse, Maroc, Israël…). Il en est ainsi des promotions de cadres et cadres supérieurs sortis de formation en techniques et ingénierie du tourisme de l’Institut national polytechnique Houphouet-Boigny (Inphb).

Un rôle de premier plan dans la gouvernance du tourisme mondial !
S’il y a bel et bien un acquis indéniable dans la mise en œuvre de « Sublime Côte d’Ivoire », c’est son accession au premier plan dans la gouvernance du tourisme mondial. Le leadership de la destination touristique ivoirienne a, notamment, été réaffirmé, au plan international, par l’élection du ministre du Tourisme et des Loisirs, Siandou Fofana, à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), en décembre dernier, au terme de sa 24e Assemblée générale à Madrid (Espagne). Et ce, après avoir permis l’élection de la Côte d'Ivoire au sein dudit Conseil en 2020. Une résultante de la haute vision du Président Alassane Ouattara, mise en œuvre par le Premier ministre Patrick Achi. Au demeurant, Siandou Fofana, grâce à un entregent de bon aloi, n'a eu de cesse d'opérer une activité majeure qui lui a valu de présider, déjà en 2020, le Comité de validation des candidatures des membres affiliés à l'OMT, avant d'être plébiscité, en septembre 2021, au Cap Vert, à la présidence de la Commission régionale pour l'Afrique de l'Organisation mondiale du tourisme (CAF /OMT). Au surplus, le ministre ivoirien a réussi avec brio, la tenue en terre ivoirienne, le 27 septembre 2021, les festivités officielles de la Journée mondiale du tourisme (JMT).

L’hôtellerie en plein essor…
D’emblée et à titre de comparaison statistique pour rentrer de plain-pied dans un bilan de la pertinence susmentionnée, arguons que « SublimeCôted'Ivoire » contribue aux solides ressorts du secteur en dépit de la grisaille de la Covid. Notamment en matière d’infrastructures hôtelières. Ainsi, les signaux sont-ils au vert pour l'année 2020. En atteste l'accroissement du nombre de réceptifs qui affiche un passage de 2531, en 2017, à 3708 hôtels en 2020.  Ce tableau de bord indiquant à son compteur, pour l'exercice 2020, 53117 chambres pour 106234 lits. Le paysage hôtelier ivoirien a continué à s'enrichir en 2021 avec  de nouveaux réceptifs de standing. Il en est ainsi, entre autres, du Noom hôtel d'Abidjan Plateau et du Movenpick, toujours dans le quartier des affaires, d’Astral hôtel en zone industrielle de Yopougon, ou encore d’Aichti Hôtel à Marcory. Sans oublier la renaissance de l'hôtel Iris Le Mont Korhogo dans la capitale du Poro. Pendant ce temps, des chantiers sont en cours de réalisation et devraient ouvrir cette année 2022. À l'instar du nouvel hôtel Novotel et les Appart’hôtels Adagio sur le même site de Marcory.
 Mais aussi, 2022 verra l'essor de champions nationaux de l'industrie touristique et hôtelière qui contribueront au développement des territoires et du tourisme interne. Yamoussoukro donne le ton avec la double ouverture au premier trimestre 2022, des hôtels Universal et Molomé. Car, à maints égards, la montée en puissance des diverses restrictions et la limitation des voyages internationaux, ont vu le recentrage stratégique du tourisme domestique. Ce qui vaut au tourisme interne d’entamer son rebond en 2021.
….La Can en ligne de mire
L’évènement-phare que le tourisme ivoirien se doit d’honorer est l’organisation en terre ivoirienne de la Coupe d’Afrique des Nations de football (CAN) en juin-juillet 2023. Et, à juste titre, pour honorer l'agenda des missions d'inspection des instances de la Confédération africaine de football (CAF) et de la Fifa, le Ministère du Tourisme et des Loisirs joue sa partition. Notamment en matière de certification et de normes internationales de la Fifa relativement aux standards de 4/5 étoiles des réceptifs hôteliers devant accueillir les 24 équipes en compétition, ainsi que les officiels et autres hautes personnalités. A Abidjan et   Yamoussoukro, ainsi que les villes secondaires de Bouaké, Korhogo et San Pedro. Une opportunité de dessiner les contours de la marque hôtelière nationale " Kama Hôtels Africa " qui est prête à être lancée, de type 4 étoiles réalisables clés-en-mains en 12/18 mois dans les capitales régionales du pays devant accueillir les compétitions.
Dans le même élan, 2022 verra la concrétisation des manifestations d’intérêt des investisseurs et groupes hôteliers internationaux lors des tables rondes de Dubaï et Hambourg avec des complexes hôteliers de types 4 et 5 étoiles aux architectures iconiques et concepts futuristes. Sans compter avec la reconstruction du Golf hôtel sous le pavillon de l’enseigne internationale Sheraton, la codification et la modernisation de la gastronomie ivoirienne sous l’égide de l’OMT qui devrait produire une publication d’anthologie, ainsi que les offres de parcs de loisirs en cours de réalisation.

107 milliards investis, 460 entreprises créées et 18636 d’emplois directs et indirects en 2021
La Direction du Guichet unique du tourisme, pour les exercices 2020 et 2021 affiche des bilans satisfaisants. Ne serait-ce que pour la saison 2021, ce sont au total plus de 107, 328 milliards de FCFA d’investissements qui ont été réalisés pour les 460 entreprises (établissements d’hébergement et agences de voyages) qui ont bénéficié d’agréments et de licences d’exploitation. Le tout ayant généré 18636 emplois directs et indirects.
« La quinzaine touristique » : la rampe de lancement du tourisme interne
Il importe, à ce niveau, d’indiquer que les Ivoiriens et Ivoiriennes se sont réapproprié leur « SublimeCôted'Ivoire ». Dont la rampe de lancement est, sans conteste, « La quinzaine touristique ivoirienne ». Qui a connu un franc-succès en septembre 2021.
En effet, en prélude de la 41e Journée mondiale du Tourisme (JMT) dont elle a été, l’année dernière, le pays-hôte, la Côte d’Ivoire a organisé 6 circuits de  (re) découverte et de promotion  de la destination éburnéenne à travers la « Quinzaine touristique ivoirienne », du 7 au 22 septembre 2021. A cette occasion, le Ministère du Tourisme et des Loisirs ivoirien entendait faire découvrir et redécouvrir la richesse et la diversité de l’offre culturelle et touristique existante sur l’ensemble du territoire et à en révéler les trésors cachés en organisant une véritable immersion au cœur de la « Sublime Côte d’Ivoire ».
L’axe inaugural de la Quinzaine, avec en tête de pont, le ministre Siandou Fofana, fut celui baptisé   «Merveilles et traditions sur la route des rois » du 10 au 14 septembre, avec pour itinéraire principal,  Abidjan – Adzopé – Abengourou – Agnibilékrou – Bondoukou.  Les 5 autres circuits se déclinant ainsi : «Évasion entre cultures et religions » du 9 au 17 septembre) sur l’axe Abidjan - Yamoussoukro - Bouaké - Katiola - Ferké- Korhogo – Abidjan ;  «Escapade écologique sur la route des éléphants » (11 au 17 septembre) explorant Abidjan – Bouaflé -Daloa –  Abidjan ; «Divertissement entre balnéaire et traditions » (15 au 19 septembre)  avec pour itinéraire : Abidjan – Jacqueville-Dabou-Grand Lahou ; «Voyage au cœur du cacao » (15 au 21 septembre) sur l’axe Abidjan – Tiassalé – Divo - Gagnoa – Soubré – San-Pedro – Abidjan ; «Au paradis entre mer et nature » (18 au 22 septembre) sur l’itinéraire  Abidjan – Aboisso – Krindjabo – Adiaké – Assinie – Bassam – Abidjan.

La démarche-qualité en…marche !
Que serait toute stratégie si celle-ci n’inscrivait pas en son bataclan une démarche-qualité optimale ? D’autant plus que dans un contexte concurrentiel continental, l’objectif de s’inscrire durablement dans le Top 5 des destinations africaines rime avec qualité des offres et services. Avec, en prime, la mise à niveau des receptifs au diapason des normes requises. Qui affichent, insatiablement, leur intérêt pour la destination ivoirienne. C’est dans cette veine que le Ministre du Tourisme et des Loisirs, Siandou Fofana a procédé, le lundi 20 décembre 2021, à la phase pratique de l'opération de normalisation et de classement des établissements de tourisme en Côte d'Ivoire. Les classant de 1 à  5 étoiles pour les réceptifs d'hébergement et des " taliés " ou marmites et fourchettes pour les maquis et restaurants, cette opération est l'aboutissement du processus de mise aux normes des établissements de tourisme et leur classement qui va dans le sens de la qualité totale que la destination ivoirienne entend ériger comme un marqueur de son ambition. Avec comme dénominateur commun, la qualité de service et la labellisation de l'offre nationale. Le tout à la lumière de la stratégie « SublimeCôted'Ivoire ». Dans le même élan et pour donner force de vie à l’adage selon lequel la gastronomie est l'art d'utiliser la nourriture pour créer le bonheur, Siandou Fofana et ses équipes travaillent depuis 2018 à transformer l’essai d’un art culinaire ivoirien riche, divers et varié, en un label gastronomique. En  édictant ses standards aux normes internationales. Avec une nouvelle génération de chefs étoilés,  de  cuisiniers et pâtissiers bien formés et imprégnés des saveurs de nos terroirs, dans les hôtels et restaurants qui ont à cœur, dans le moule de la stratégie « SublimeCôted'Ivoire », de proposer une codification de la gastronomie ivoirienne.
Récolte différée du fruit…mûr
Le Ministère du Tourisme et des Loisirs de Côte d’Ivoire depuis 5 années, sous la haute vision de SEM Alassane Ouattara, Président de la République, n’a de cesse de repositionner la destination Côte d’Ivoire sur la planète du Tourisme mondial. A travers, tout d’abord une volonté politique clairement affichée de faire du secteur touristique l’un des piliers de son rebond économique et social ; puis matérialisé par la mise sur pied d’une stratégie copernicienne rompant les amarres avec l’amateurisme : « SublimeCôted’Ivoire ». Enfin, celle-ci, par sa mise en œuvre sous la férule du Ministre Siandou Fofana, a démontré sa pertinence ainsi que l’attractivité du tourisme ivoirien dont le potentiel, certes connu n’attendait qu’à être mis en jachère.
Avec une contribution au PIB de l’ordre de -1,5%, en 2011, l’industrie touristique ivoirienne a connu un bond prodigieux, en moins d’une décennie, pour atteindre 7,3% du PIB en 2019, après être passée par 4,5% en 2016. Avec des prévisions de plus de 7,6% en 2020, que la pandémie du Coronavirus à altérer, sans, toutefois, fragiliser les performances du tourisme ivoirien réalisées sous la férule de SEM Alassane Ouattara.

Des réformes axiologiques et utilitaires
Au plan interne et structurel, et à la boussole de la Stratégie, l’écosystème touristique a accueilli avec enthousiasme, le Conseil national du tourisme (CNT) en 2019-2020, censé être le creuset où se fondent les     aspirations de tous les acteurs du secteur.  Des réformes institutionnelles et réglementaires sont en cours, au niveau notamment,  de la perception de la Taxe de développement touristique (TDT), de la promotion avec une envergure à renforcer pour Côte d’Ivoire Tourisme (l’office de promotion de la destination) et, surtout, en portant sur les fonts baptismaux,  la Société nationale d’ingénierie touristique (SNIT). Véritable outil technique du Ministère du Tourisme et des Loisirs, la SNIT aura le rôle d'un bureau-conseil, d'assistance à la maîtrise d'ouvrage des grands projets touristiques.
D’ores et déjà, le nouvel organigramme du ministère intègre une Direction générale du Tourisme et de l’hôtellerie pour plus de flexibilité d’action. De même, l’ambition de faire de la destination le hub régional du divertissement et des loisirs vaut à la Direction des Loisirs d’être érigée en Direction générale. Par ailleurs, vu le changement de paradigmes qu’induit la digitalisation des pratiques mercatiques et communicationnelles, une Direction en charge de la Digitalisation et des startups voit le jour.
« Sublime Côte d’Ivoire » au cœur de « La Côte d’Ivoire solidaire »
Au total, en 2022 et capitalisant sur la résilience dont elle a fait montre, « Sublime Côte d’Ivoire », tout aussi par sa pertinence et sa cohérence a fait l’unanimité auprès des professionnels de l’écosystème et des investisseurs. Et il n’ait que légitime, en guise d’optimisme, de citer le Premier ministre, Patrick Achi à cet égard, lors de la 41e JMT :«  J’ai été le témoin des tables rondes de levée de fonds, à Dubaï comme à Hambourg, en 2019. Témoignant ainsi du leadership de la destination ivoirienne sous la férule du Président Alassane Ouattara et de la claire vision de son action politique fondée sur la fiabilité de son programme économique, lequel se fonde sur la diversification des ressources. Au service du mieux-être des populations. Au point que l’économie touristique est même devenue une priorité nationale dans la Vision 2030 du Président de la République, car, par son caractère transversal, il vise à créer  le maximum de richesses et d’emplois, tout en tirant la croissance durablement et de façon inclusive. Conformément aux objectifs du Programme de société de SEM Alassane Ouattara « Pour une Côte d’Ivoire solidaire ».